"La proportion nette de répondants se déclarant plus optimistes est passée de 25 à 44%", a indiqué Thierry Van Schoubroeck, Partner, Deloitte CFO Services. "C'est le niveau d'optimisme le plus élevé depuis les débuts de l'enquête il y a deux ans."

Le CFO moyen n'estime qu'à 20% la probabilité d'une 'récession en double creux', c'est-à-dire une période de contraction de l'activité économique. La grande majorité des participants prévoient une reprise très lente de l'économie. Après le deuxième trimestre, 80% des CFO indiquent que les résultats financiers de leurs organisations restent sur la bonne voie. Dans 42% des cas, les résultats et les performances ont même dépassé les attentes.

La confiance accrue des CFO belges détonne dans le climat international. La prudence règne en effet sur les marchés financiers et l'affaiblissement de la situation économique suscite des craintes grandissantes, relève Deloitte.

La majorité des CFO s'attendent à une augmentation des opérations de fusion et d'acquisition. Un quart des CFO sont en train de négocier des acquisitions et près de 70% des répondants sont à la recherche de cibles d'acquisition.

Trends.be avec Belga

"La proportion nette de répondants se déclarant plus optimistes est passée de 25 à 44%", a indiqué Thierry Van Schoubroeck, Partner, Deloitte CFO Services. "C'est le niveau d'optimisme le plus élevé depuis les débuts de l'enquête il y a deux ans." Le CFO moyen n'estime qu'à 20% la probabilité d'une 'récession en double creux', c'est-à-dire une période de contraction de l'activité économique. La grande majorité des participants prévoient une reprise très lente de l'économie. Après le deuxième trimestre, 80% des CFO indiquent que les résultats financiers de leurs organisations restent sur la bonne voie. Dans 42% des cas, les résultats et les performances ont même dépassé les attentes. La confiance accrue des CFO belges détonne dans le climat international. La prudence règne en effet sur les marchés financiers et l'affaiblissement de la situation économique suscite des craintes grandissantes, relève Deloitte. La majorité des CFO s'attendent à une augmentation des opérations de fusion et d'acquisition. Un quart des CFO sont en train de négocier des acquisitions et près de 70% des répondants sont à la recherche de cibles d'acquisition. Trends.be avec Belga