"Les marchés dans leur ensemble continuent à être extrêmement sensibles aux discours des banques centrales" et le fait que "la Réserve fédérale américaine ait confirmé son approche accommodante a favorisé l'appétit pour le risque", a expliqué Thomas Vlieghe, de Mandarine Gestion.

La Fed a de nouveau opté pour la prudence mercredi soir en laissant ses taux d'intérêt inchangés sur fond de croissance modeste aux Etats-Unis, ouvrant toutefois clairement la voie à une hausse en fin d'année.

"L'institution monétaire a évoqué la perspective d'une hausse de taux d'ici à la fin de l'année alors que début 2016, jusqu'à quatre remontées étaient envisagées", a rappelé M. Vlieghe.

En se montrant favorable au maintien de la situation actuelle, la présidente de la Fed, Janet Yellen, "a ainsi offert encore trois mois de visibilité" aux marchés, a-t-il ajouté.

L'Eurostoxx 50 a progressé de 2,33%.

La Bourse de Paris a nettement rebondi (+2,27%) et s'est hissée de nouveau au-dessus des 4.500 points.

La Bourse de Londres a terminé à + 1,12% et Francfort sur une hausse comparable à Paris, l'indice vedette Dax ayant gagné 2,28%.