Ces tests vont concerner 124 banques de 22 pays européens et sont destinés à évaluer leur solidité face à des chocs économiques. Dans chaque pays, les banques choisies doivent représenter au moins 50% du secteur bancaire.

"Les tests de résistance menés dans l'ensemble de l'Union européenne devraient être lancés en mai. D'ici à cette date, l'EBA communiquera la méthodologie finale, les scénarios adverses et les modèles à utiliser par les banques engagées dans l'exercice", a souligné l'EBA, basée à Londres, dans un communiqué.

Les résultats de ces tests sont attendus comme prévu en octobre, a confirmé l'EBA, une date choisie "en coordination avec la BCE", la Banque centrale européenne, qui publiera en même temps son examen des bilans des banques de la seule zone euro.

Initialement prévus en 2013, les tests de l'EBA avaient été repoussés d'un an. Ils examineront le niveau de capital Common Equity Tier 1 des banques européennes qui devront, pour les réussir, disposer d'un ratio de 8% dans le cadre du scénario de base et de 5,5% dans le cadre du scénario adverse.

Ces tests vont concerner 124 banques de 22 pays européens et sont destinés à évaluer leur solidité face à des chocs économiques. Dans chaque pays, les banques choisies doivent représenter au moins 50% du secteur bancaire. "Les tests de résistance menés dans l'ensemble de l'Union européenne devraient être lancés en mai. D'ici à cette date, l'EBA communiquera la méthodologie finale, les scénarios adverses et les modèles à utiliser par les banques engagées dans l'exercice", a souligné l'EBA, basée à Londres, dans un communiqué. Les résultats de ces tests sont attendus comme prévu en octobre, a confirmé l'EBA, une date choisie "en coordination avec la BCE", la Banque centrale européenne, qui publiera en même temps son examen des bilans des banques de la seule zone euro. Initialement prévus en 2013, les tests de l'EBA avaient été repoussés d'un an. Ils examineront le niveau de capital Common Equity Tier 1 des banques européennes qui devront, pour les réussir, disposer d'un ratio de 8% dans le cadre du scénario de base et de 5,5% dans le cadre du scénario adverse.