Cette solidité "a d'ailleurs été confirmée par la troisième vague de tests de résistance qui ont été conduits par l'Autorité bancaire européenne en juillet dernier", a-t-il dit, en soulignant que "ces tests étaient de loin les plus rigoureux jamais pratiqués sur le secteur à l'échelle européenne".

"Toutes les banques sont maintenant dans un processus de consolidation, en particulier celles qui ont été identifiées par ces tests (comme étant fragiles, ndlr)", a ajouté le porte-parole, selon qui "il n'y a pas de surprises à attendre".

Les établissements insuffisamment capitalisés doivent trouver des ressources dans un délai de six à neuf mois, à l'issue duquel les autorités publiques interviendront pour soutenir ceux qui n'y seraient pas parvenus, a-t-il encore rappelé. "Tout est mis en oeuvre pour que cela se passe de façon correcte", a-t-il dit.

Mme Lagarde a mis en garde ce week-end contre la faiblesse du secteur bancaire européen. Les banques doivent selon elle pouvoir résister à une faible croissance économique, ainsi qu'à la crise de la dette souveraine, sous peine d'être exposées au risque d'une nouvelle crise majeure.

Trends.be avec Belga

Cette solidité "a d'ailleurs été confirmée par la troisième vague de tests de résistance qui ont été conduits par l'Autorité bancaire européenne en juillet dernier", a-t-il dit, en soulignant que "ces tests étaient de loin les plus rigoureux jamais pratiqués sur le secteur à l'échelle européenne". "Toutes les banques sont maintenant dans un processus de consolidation, en particulier celles qui ont été identifiées par ces tests (comme étant fragiles, ndlr)", a ajouté le porte-parole, selon qui "il n'y a pas de surprises à attendre". Les établissements insuffisamment capitalisés doivent trouver des ressources dans un délai de six à neuf mois, à l'issue duquel les autorités publiques interviendront pour soutenir ceux qui n'y seraient pas parvenus, a-t-il encore rappelé. "Tout est mis en oeuvre pour que cela se passe de façon correcte", a-t-il dit. Mme Lagarde a mis en garde ce week-end contre la faiblesse du secteur bancaire européen. Les banques doivent selon elle pouvoir résister à une faible croissance économique, ainsi qu'à la crise de la dette souveraine, sous peine d'être exposées au risque d'une nouvelle crise majeure. Trends.be avec Belga