Le gouvernement se penchera vendredi sur le projet du ministre des Finances d'une nouvelle mouture de "taxe bancaire", l'un des éléments du virage fiscal que le gouvernement a amorcé, a souligné M. Van Overtveldt.

Le projet repose sur une restriction des possibilité de déduction fiscale, notamment les intérêts notionnels. L'Etat devrait gagner de la sorte quelque 100 millions d'euros. Les banques devront en outre contribuer au Mécanisme européen de résolution unique pour environ 350 millions d'euros.

La formule proposée permet de respecter un équilibre entre le secteur bancaire et les assurances (75-25), de répartir équitablement la charge entre les petites banques et les grandes banques, qui contribueront toutes, et d'assurer la contribution des établissements étrangers, a expliqué M. Van Overtveldt.

Le gouvernement se penchera vendredi sur le projet du ministre des Finances d'une nouvelle mouture de "taxe bancaire", l'un des éléments du virage fiscal que le gouvernement a amorcé, a souligné M. Van Overtveldt.Le projet repose sur une restriction des possibilité de déduction fiscale, notamment les intérêts notionnels. L'Etat devrait gagner de la sorte quelque 100 millions d'euros. Les banques devront en outre contribuer au Mécanisme européen de résolution unique pour environ 350 millions d'euros.La formule proposée permet de respecter un équilibre entre le secteur bancaire et les assurances (75-25), de répartir équitablement la charge entre les petites banques et les grandes banques, qui contribueront toutes, et d'assurer la contribution des établissements étrangers, a expliqué M. Van Overtveldt.