"Des banques centrales étudient déjà cette possibilité", a ajouté Christine Lagarde. "La technologie évolue, nous devons donc changer nous aussi." Les cryptomonnaies comme le bitcoin n'ont pas toujours bonne réputation car elles permettent les paiements anonymes et sont devenues un outil de blanchiment d'argent pour les criminels.

Selon la directrice générale du FMI, les banques centrales peuvent résoudre ce problème en vérifiant le profil des utilisateurs lors de l'émission des cryptomonnaies. Leur identité ne serait alors pas communiquée aux pouvoirs publics ou aux entreprises, sauf si la loi l'exige.

"Des banques centrales étudient déjà cette possibilité", a ajouté Christine Lagarde. "La technologie évolue, nous devons donc changer nous aussi." Les cryptomonnaies comme le bitcoin n'ont pas toujours bonne réputation car elles permettent les paiements anonymes et sont devenues un outil de blanchiment d'argent pour les criminels. Selon la directrice générale du FMI, les banques centrales peuvent résoudre ce problème en vérifiant le profil des utilisateurs lors de l'émission des cryptomonnaies. Leur identité ne serait alors pas communiquée aux pouvoirs publics ou aux entreprises, sauf si la loi l'exige.