Selon ces organisations, BNP Paribas, Deutsche Bank, ING et KBC ont notamment investi dans Glencore, Goldcorp et Newmont Minig, des entreprises spécialisées dans l'extraction de métaux et régulièrement pointées du doigt par l'OCDE.

Pourtant, BNP, Deutsche Bank et ING disposent d'une politique interne relative à ce type d'investissements miniers, ce qui est de nature à tromper les investisseurs. "Ils ont l'impression que les banques sont très attentives à ce sujet. Or, notre enquête prouve le contraire", ont souligné les ONG.

Argenta, Belfius, VDK Spaarbank et Triodos, elles, n'ont aucun investissement recensé dans le secteur.

Dans ce contexte, 11.11.11, Broederlijk Delen et Fairfin demandent aux autorités belges de discuter avec les banques de leur politique d'investissements, et en particulier avec BNP Paribas Fortis, qui a investi 18,2 milliards de dollars au cours de la période étudiée et dont l'Etat est l'actionnaire principal. Un appel a également été lancé à la fédération du secteur, Febelfin.

Selon ces organisations, BNP Paribas, Deutsche Bank, ING et KBC ont notamment investi dans Glencore, Goldcorp et Newmont Minig, des entreprises spécialisées dans l'extraction de métaux et régulièrement pointées du doigt par l'OCDE. Pourtant, BNP, Deutsche Bank et ING disposent d'une politique interne relative à ce type d'investissements miniers, ce qui est de nature à tromper les investisseurs. "Ils ont l'impression que les banques sont très attentives à ce sujet. Or, notre enquête prouve le contraire", ont souligné les ONG. Argenta, Belfius, VDK Spaarbank et Triodos, elles, n'ont aucun investissement recensé dans le secteur.Dans ce contexte, 11.11.11, Broederlijk Delen et Fairfin demandent aux autorités belges de discuter avec les banques de leur politique d'investissements, et en particulier avec BNP Paribas Fortis, qui a investi 18,2 milliards de dollars au cours de la période étudiée et dont l'Etat est l'actionnaire principal. Un appel a également été lancé à la fédération du secteur, Febelfin.