1. N'investissez pas plus que ce que vous pouvez vous permettre de perdre

C'est le conseil le plus largement partagé sur la planète crypto. Investir dans les monnaies virtuelles est une activité très risquée. Vous pouvez perdre l'intégralité de votre mise. Entre les arnaques, les piratages informatiques et l'incroyable volatilité des cryptomonnaies, il n'est pas évident de se frayer un chemin. Et comme partout, ce sont généralement les plus expérimentés qui gagnent... quitte à plumer les amateurs et les nouveaux entrants.

2. Ne faites confiance à personne

Ce n'est pas le monde des Bisounours. Beaucoup de fausses informations et de rumeurs circulent sur les réseaux sociaux, les messageries, les forums en tous genres et les sites spécialisés. Mais surtout, beaucoup d'acteurs sont prêts à vous vendre des produits ou des actifs qui ne valent absolument rien. Méfiez-vous des personnes ou des sites qui vous promettent de l'argent facile.

3. Ne sautez pas sur la dernière nouveauté

" La toute grande majorité des altcoins, ces monnaies alternatives au bitcoin, ne reposent sur rien, souligne Mathieu Jamar, ingénieur spécialisé en cryptomonnaies. Il y a eu la mode des altcoins vertes, celles liées aux animaux, puis au cannabis... Tout ça n'a jamais mené nulle part. " Dernier projet fantaisiste en date : le Jesus Coin, dont le but est de " décentraliser Jésus sur la blockchain ". Dans le monde des ICO, c'est encore pire. Selon une étude publiée par le site spécialisé Token Data, 46 % des levées de fonds en monnaies virtuelles lancées en 2017 ont échoué. Les investisseurs qui n'ont pas revendu leur token à temps ont tout perdu.

4. Choisissez soigneusement vos plateformes d'échange

Les plateformes les plus mainstream comme Coinbase sont certes les plus chères en frais de transaction. Mais ce sont aussi les plus sûres, même si aucun site ne peut prétendre être à l'abri des pirates informatiques... ou de la faillite. Méfiez-vous des plateformes qui ne procèdent à aucune vérification d'identité. Pour se conformer aux législations anti-blanchiment, les plateformes doivent collecter des données sur leurs clients et leur demander certaines informations, par exemple une copie de leur carte d'identité. " Je conseille aussi aux investisseurs de choisir des plateformes établies dans un pays proche, où il sera possible d'avoir un interlocuteur voire un recours en cas de problème ", ajoute Jean Wallemacq, co-directeur de la Belgian Bitcoin Association. Ce n'est évidemment pas une garantie infaillible, mais la plateforme Bitstamp par exemple (créée par des Slovènes) dispose d'un établissement au Luxembourg. Anycoin Direct est basée aux Pays-Bas. A notre connaissance, aucune plateforme n'a encore élu domicile en Belgique.

5. Protégez vos bitcoins

Lorsque vous placez vos bitcoins sur une plateforme d'échange centralisée, quelle qu'elle soit, ils y sont en dépôt. En cas d'attaque informatique de grande ampleur ou de faillite, la plateforme sombrera avec vos bitcoins. Privilégiez des portefeuilles sécurisés ou des systèmes de clés physiques comme le Ledger ou le Trezor.

6. Méfiez-vous des rendements " garantis "

Aucun placement ne peut produire un rendement garanti. Les cryptomonnaies n'échappent pas à la règle. Si l'on vous propose un taux de 1 %, 2 % voire 8 % garantis (exemple réel), fuyez.

7. Portez plainte

Si vous êtes victime d'une arnaque, n'hésitez pas à déposer plainte auprès de la police. Vous pouvez également faire de même auprès de la FSMA. Le gendarme du secteur financier interdit, dans un règlement datant de 2014, toute commercialisation de produits financiers dont le rendement dépend d'une monnaie virtuelle. La FSMA surveille à ce titre les activités des sites suspects en Belgique et publie régulièrement des mises en garde.