"Les plus importants mouvements proviennent souvent de l'anticipation plutôt que d'une réaction. Les marchés financiers sont très sensibles aux changements imminents", explique M. Van der Jeugt. Si la Banque centrale européenne (BCE) devait arrêter son programme d'achat en septembre 2018 et remonter le taux directeur début 2019, cela se ressentira, selon KBC, sur les marchés des obligations et des changes.

"Pour le marché des changes, cela se produira, à partir du deuxième trimestre 2018, sous la forme d'un euro en hausse et pour les marchés obligataires par des taux plus élevés", explique M. Van der Jeugt.

"Les plus importants mouvements proviennent souvent de l'anticipation plutôt que d'une réaction. Les marchés financiers sont très sensibles aux changements imminents", explique M. Van der Jeugt. Si la Banque centrale européenne (BCE) devait arrêter son programme d'achat en septembre 2018 et remonter le taux directeur début 2019, cela se ressentira, selon KBC, sur les marchés des obligations et des changes. "Pour le marché des changes, cela se produira, à partir du deuxième trimestre 2018, sous la forme d'un euro en hausse et pour les marchés obligataires par des taux plus élevés", explique M. Van der Jeugt.