Si cette décision est dictée par des considérations financières et non environnementales, le désengagement d'un investisseur qui pèse plus de 1.000 milliards de dollars sera assurément néanmoins perçu comme un grand coup porté aux énergies fossiles polluantes.