Le fonds, placé aux deux tiers en actions, a dégagé un rendement négatif de 6,1%, plombé par les turbulences sur les marchés boursiers.

"Les performances de 2018 ont été mauvaises", a commenté Øystein Olsen, gouverneur de la banque centrale chargée de gérer cet énorme bas de laine alimenté par les revenus pétroliers du pays. "Dans la durée, le rendement a cependant été bon", a-t-il fait valoir.

Dans le détail, les placements en actions qui représentaient fin 2018 66,3% du portefeuille ont affiché une perte de 9,5%, essentiellement concentrée sur les 1er et 4e trimestres.

Les investissements en obligations (30,7% des actifs) ont dégagé un rendement positif de 0,6% tandis que ceux dans l'immobilier ont réalisé une performance plus flatteuse (+7,5%) mais ils ne représentent que 3% du portefeuille.

A la fin de l'année, le fonds valait 8.256 milliards de couronnes contre 8.488 milliards fin 2017, l'affaiblissement de la couronne et les versements par l'État norvégien de ses recettes pétrolières ayant contribué à limiter la casse.