Déterminée à contrer le risque de déflation et à stimuler l'économie de la zone euro, la BCE devrait annoncer jeudi des rachats massifs d'actifs comprenant des obligations d'Etat. Un tel programme d'assouplissement vise à peser sur les taux d'intérêt, pour stimuler le crédit, et injecter de l'argent dans le circuit économique.

"Je dois être attentif aux réalités de notre pays - et, en particulier, au niveau élevé de l'épargne des Belges. De ce point de vue, je pense que les décideurs, à la BCE, doivent tenir compte du fait qu'une politique d'assouplissement quantitatif risque de déformer artificiellement la structure des taux d'intérêt et ainsi d'influencer la valeur de l'épargne. Or, pour moi, on ne peut pas mettre en danger le volume de l'épargne", affirme Johan Van Overtveldt.

Déterminée à contrer le risque de déflation et à stimuler l'économie de la zone euro, la BCE devrait annoncer jeudi des rachats massifs d'actifs comprenant des obligations d'Etat. Un tel programme d'assouplissement vise à peser sur les taux d'intérêt, pour stimuler le crédit, et injecter de l'argent dans le circuit économique. "Je dois être attentif aux réalités de notre pays - et, en particulier, au niveau élevé de l'épargne des Belges. De ce point de vue, je pense que les décideurs, à la BCE, doivent tenir compte du fait qu'une politique d'assouplissement quantitatif risque de déformer artificiellement la structure des taux d'intérêt et ainsi d'influencer la valeur de l'épargne. Or, pour moi, on ne peut pas mettre en danger le volume de l'épargne", affirme Johan Van Overtveldt.