M. Buffett, troisième fortune mondiale et un des hommes d'affaires américains les plus influents, a fait une apparition surprise à une conférence, The Variant Perspective, organisée par un collectif de professionnelles de la finance.

Ce collectif, dont c'était la première grande conférence, milite pour réduire le "déséquilibre" hommes-femmes dans la sphère financière.

Interrogé sur la nécessité d'organiser une telle conférence, M. Buffett a déclaré: "ça aurait dû être fait depuis longtemps".

"Quand quelqu'un me téléphone avec une idée d'investissement, je ne lui demande pas son genre (car) pour moi ça ne change rien", a ajouté le milliardaire.

M. Buffett n'a jamais caché que le fait d'être homme lui avait donné des opportunités que n'a pas pu avoir sa soeur aînée Doris.

Seulement 3% des fonds d'investissements appartiennent à des femmes aux Etats-Unis, dénonce le collectif Variant Perspectives.

"Le plus troublant est que dans ce pays, 60% de la richesse est entre les mains de femmes, mais on se demande pourquoi elles ne peuvent pas confier la gestion de leur argent à d'autres femmes", s'interroge Laura Rittenhouse, fondatrice du cabinet d'expertise financière L.J Rittenhouse.

"Nous savons (via des études) que les performances des portefeuilles d'actifs gérés par les femmes sont meilleures que celles des hommes et pourtant l'accès dans la profession leur reste difficile", déplore Danielle Town, auteure de "The Invested Practice", un bi-hebdomadaire sur le milieu des investissements.