Une récession (deux trimestres consécutifs de recul) apparaît probable en raison des répercussions encore difficiles à mesurer de l'épidémie de coronavirus. Le Japon est à l'heure actuelle le deuxième foyer de la maladie derrière la Chine.

Comparé à celui des trois mois précédents, le PIB de l'archipel a lâché 1,6% entre octobre et décembre dernier, le passage en octobre de 8% à 10% de la TVA sur la plupart des biens et services ayant dissuadé la consommation.

Ce déclin, le premier constaté en cinq trimestres, était attendu par les analystes. Il est néanmoins plus sévère que prévu, et le pire depuis celui de 1,9% qui avait suivi une précédente augmentation de la TVA en avril 2014.

Les Japonais ont aussi souffert du passage de plusieurs typhons meurtriers, qui ont eu un impact sur le commerce. Et le nouveau coronavirus fait planer une menace d'ampleur.

Pour Takashi Shiono de Credit Suisse Securities, "des répercussions massives du coronavirus sont à redouter sur le secteur des services".

Le flux de touristes chinois qui alimentait ces dernières années la croissance économique nippone est stoppé net depuis que Pékin a de facto interdit à ses ressortissants de passer leurs vacances à l'étranger.

Cette épidémie tombe d'autant plus mal pour le Japon que doivent se tenir dans moins de six mois les jeux Olympiques de Tokyo.

Une récession (deux trimestres consécutifs de recul) apparaît probable en raison des répercussions encore difficiles à mesurer de l'épidémie de coronavirus. Le Japon est à l'heure actuelle le deuxième foyer de la maladie derrière la Chine. Comparé à celui des trois mois précédents, le PIB de l'archipel a lâché 1,6% entre octobre et décembre dernier, le passage en octobre de 8% à 10% de la TVA sur la plupart des biens et services ayant dissuadé la consommation. Ce déclin, le premier constaté en cinq trimestres, était attendu par les analystes. Il est néanmoins plus sévère que prévu, et le pire depuis celui de 1,9% qui avait suivi une précédente augmentation de la TVA en avril 2014. Les Japonais ont aussi souffert du passage de plusieurs typhons meurtriers, qui ont eu un impact sur le commerce. Et le nouveau coronavirus fait planer une menace d'ampleur. Pour Takashi Shiono de Credit Suisse Securities, "des répercussions massives du coronavirus sont à redouter sur le secteur des services". Le flux de touristes chinois qui alimentait ces dernières années la croissance économique nippone est stoppé net depuis que Pékin a de facto interdit à ses ressortissants de passer leurs vacances à l'étranger. Cette épidémie tombe d'autant plus mal pour le Japon que doivent se tenir dans moins de six mois les jeux Olympiques de Tokyo.