L'abaissement de deux crans de la note d'ESFG, principal actionnaire de la banque portugaise BES, "reflète le risque accru d'un défaut du groupe, associé à des pertes importantes potentielles" pour les détenteurs de ses obligations, a expliqué Moody's dans un communiqué.

Ce risque est dû à "l'exposition élevée d'ESFG" aux holdings Espirito Santo International (ESI) et Rioforte, qui s'élevait fin juin à 2,35 milliards d'euros, poursuit l'agence de notation, qui avait déjà abaissé la note du groupe de trois crans le 9 juillet.

"La situation financière précaire" d'ESI a été notamment illustrée par l'incapacité de Rioforte à rembourser une dette de 847 millions d'euros à Portugal Telecom qui arrivait à échéance mardi, relève Moody's.

Une autre échéance de dette de 50 millions d'euros que Rioforte doit rembourser à Portugal Telecom arrive à échéance jeudi.

Autre facteur aggravant, Espirito Santo Financial Group avait dû réduire sa participation dans la banque BES à 20,1% en cédant 4,99% du capital afin d'honorer une autre dette, rappelle Moody's. "Nous ne voyons pas de perspective de redressement à court terme pour ESFG", conclut l'agence de notation.

Une de ses concurrentes, l'agence Standard & Poor's, avait dégradé mercredi de deux crans la note de la dette à long terme de la BES, de "B+" à "B-", en raison de son exposition à la dette du reste du groupe Espirito Santo, en grande difficulté financière.

L'abaissement de deux crans de la note d'ESFG, principal actionnaire de la banque portugaise BES, "reflète le risque accru d'un défaut du groupe, associé à des pertes importantes potentielles" pour les détenteurs de ses obligations, a expliqué Moody's dans un communiqué. Ce risque est dû à "l'exposition élevée d'ESFG" aux holdings Espirito Santo International (ESI) et Rioforte, qui s'élevait fin juin à 2,35 milliards d'euros, poursuit l'agence de notation, qui avait déjà abaissé la note du groupe de trois crans le 9 juillet. "La situation financière précaire" d'ESI a été notamment illustrée par l'incapacité de Rioforte à rembourser une dette de 847 millions d'euros à Portugal Telecom qui arrivait à échéance mardi, relève Moody's. Une autre échéance de dette de 50 millions d'euros que Rioforte doit rembourser à Portugal Telecom arrive à échéance jeudi. Autre facteur aggravant, Espirito Santo Financial Group avait dû réduire sa participation dans la banque BES à 20,1% en cédant 4,99% du capital afin d'honorer une autre dette, rappelle Moody's. "Nous ne voyons pas de perspective de redressement à court terme pour ESFG", conclut l'agence de notation. Une de ses concurrentes, l'agence Standard & Poor's, avait dégradé mercredi de deux crans la note de la dette à long terme de la BES, de "B+" à "B-", en raison de son exposition à la dette du reste du groupe Espirito Santo, en grande difficulté financière.