Chez le leader du marché, BNP Paribas Fortis, l'encours des comptes d'épargne réglementés a augmenté de 2 % l'an dernier pour s'établir à 61,6 milliards d'euros, tandis que Belfius a vu les sommes placées sur ses livrets d'épargne bondir de 7 % pour franchir la barre des 35 milliards. De son côté, ING constate un...

Chez le leader du marché, BNP Paribas Fortis, l'encours des comptes d'épargne réglementés a augmenté de 2 % l'an dernier pour s'établir à 61,6 milliards d'euros, tandis que Belfius a vu les sommes placées sur ses livrets d'épargne bondir de 7 % pour franchir la barre des 35 milliards. De son côté, ING constate une très légère baisse de 0,3 % mais totalise tout de même encore près de 31 milliards d'euros. Quant à KBC et sa filiale francophone CBC, la banque note certes une baisse de 8,3 % du volume global des dépôts sur des comptes d'épargne réglementés (à 36,4 milliards), mais ce montant ne comprend pas les dépôts sur certains comptes d'épargne qui ont été convertis en comptes non réglementés fin octobre 2016 (6,22 milliards), afin de pouvoir réduire à zéro le taux proposé sur ces comptes. Sans cette conversion, le volume chez KBC et CBC aurait donc atteint 42,60 milliards, soit aussi une hausse de l'ordre de 7 % par rapport à 2015. Au total donc, les quatre grandes banques abritent en cette fin d'année 2016 pas moins de 170 milliards d'euros de dépôts d'épargne (contre 164 milliards fin 2015). La hausse confirme la prudence des épargnants, toujours à la recherche de sécurité dans un environnement qui reste incertain. Dans ce contexte, le compte d'épargne disponible à tout moment et garanti par l'Etat (jusqu'à 100.000 euros) reste une valeur sûre. Seul hic : l'inflation, qui s'accélère... et qui enfonce l'épargnant dans le rouge.