La Seconde Chambre s'est penchée sur cette question cette semaine. M. Dijsselbloem estime que l'augmentation salariale est un mauvais signal difficile à comprendre mais ajoute qu'il ne peut rien faire pour s'y opposer.

Le ministre a écrit à la Chambre pour lui signaler le report de la vente de la banque au vu des réactions et des questions des parlementaires sur les hausses de salaire.

Du côté d'ABN AMRO, on dit avoir pris connaissance de la décision du ministre. "C'est sa décision. Nous attendons la suite", a indiqué un porte-parole.

Ce dernier a rappelé que la banque est prête à voler de ses propres ailes mais ajoute que c'est au ministre de déterminer le timing.