Pour arriver à ses fins, Orange, le numéro un français des télécoms, est entré en négociation exclusive avec le groupe financier Groupama. L'idée est de profiter de l'expertise et de l'expérience de Groupama dans le secteur bancaire pour qu'Orange puisse lancer une nouvelle offre de banque en ligne dans l'Hexagone dès... 2017. Demain donc ! Et il ne s'agira pas d'une banque en ligne au rabais, car d'après le communiqué de presse d'Orange, "les services proposés couvriront les activités de banque au quotidien, l'épargne, ainsi que les crédits et l'assurance".

Orange fait donc le pari d'offrir demain, en 2017, des services financiers à des prix bien plus compétitifs que les acteurs bancaires traditionnels. Les marges des banquiers traditionnels vont donc encore souffrir si ce projet voit le jour avec succès. D'autant que le secteur bancaire, avec les taux d'intérêt bas actuels, n'arrive déjà plus à gagner sa vie comme auparavant.

Personne n'avait imaginé que Mobistar pourrait un jour avoir une filiale bancaire en Belgique !

À ceux qui se demandent pourquoi un opérateur télécom, l'équivalent de notre Proximus, s'attaque au marché bancaire, la réponse d'Orange est très claire: "si on ne le fait pas, quelqu'un d'autre comme Google le fera", a dit l'un de ses dirigeants à l'agence Reuters. Si la musique, la presse, le cinéma, les librairies ou le commerce physique ont déjà été bousculés par la révolution numérique, les opérateurs télécoms ne veulent, quant à eux, pas être réduits à de simples tuyaux pour transporter des minutes de voix ou des minutes d'images, qui sont facturées de moins en moins cher. Ces opérateurs télécoms se diversifient donc en attaquant le secteur bancaire.

En fait, ce qui est clair avec cette annonce, c'est que chaque secteur est aujourd'hui menacé sur son propre territoire, et n'hésite plus à aller sur le territoire des autres.

Mais avec cette annonce d'Orange, celles de Google, sans oublier la grande distribution qui s'intéresse aussi de plus en plus aux services bancaires, le métier de la banque semble - petit à petit et morceau par morceau - échapper de plus en plus aux groupes bancaires historiques. Les banques vont devoir veiller à s'adapter au plus vite.

En Belgique, la concurrence est déjà assez rude, mais personne n'avait jamais imaginé que Mobistar pourrait avoir une filiale bancaire ! Hélas pour les banques, cette transformation doit se faire au pire moment de leur histoire, à un moment où elles sont fragilisées financièrement et que les taux d'intérêt bas ne leur permettent pas de faire leur métier comme d'habitude. Comme quoi, dans le business, on ne choisit jamais son calendrier de bonnes résolutions: il s'impose souvent à vous !

Pour arriver à ses fins, Orange, le numéro un français des télécoms, est entré en négociation exclusive avec le groupe financier Groupama. L'idée est de profiter de l'expertise et de l'expérience de Groupama dans le secteur bancaire pour qu'Orange puisse lancer une nouvelle offre de banque en ligne dans l'Hexagone dès... 2017. Demain donc ! Et il ne s'agira pas d'une banque en ligne au rabais, car d'après le communiqué de presse d'Orange, "les services proposés couvriront les activités de banque au quotidien, l'épargne, ainsi que les crédits et l'assurance".Orange fait donc le pari d'offrir demain, en 2017, des services financiers à des prix bien plus compétitifs que les acteurs bancaires traditionnels. Les marges des banquiers traditionnels vont donc encore souffrir si ce projet voit le jour avec succès. D'autant que le secteur bancaire, avec les taux d'intérêt bas actuels, n'arrive déjà plus à gagner sa vie comme auparavant.À ceux qui se demandent pourquoi un opérateur télécom, l'équivalent de notre Proximus, s'attaque au marché bancaire, la réponse d'Orange est très claire: "si on ne le fait pas, quelqu'un d'autre comme Google le fera", a dit l'un de ses dirigeants à l'agence Reuters. Si la musique, la presse, le cinéma, les librairies ou le commerce physique ont déjà été bousculés par la révolution numérique, les opérateurs télécoms ne veulent, quant à eux, pas être réduits à de simples tuyaux pour transporter des minutes de voix ou des minutes d'images, qui sont facturées de moins en moins cher. Ces opérateurs télécoms se diversifient donc en attaquant le secteur bancaire.En fait, ce qui est clair avec cette annonce, c'est que chaque secteur est aujourd'hui menacé sur son propre territoire, et n'hésite plus à aller sur le territoire des autres.Mais avec cette annonce d'Orange, celles de Google, sans oublier la grande distribution qui s'intéresse aussi de plus en plus aux services bancaires, le métier de la banque semble - petit à petit et morceau par morceau - échapper de plus en plus aux groupes bancaires historiques. Les banques vont devoir veiller à s'adapter au plus vite.En Belgique, la concurrence est déjà assez rude, mais personne n'avait jamais imaginé que Mobistar pourrait avoir une filiale bancaire ! Hélas pour les banques, cette transformation doit se faire au pire moment de leur histoire, à un moment où elles sont fragilisées financièrement et que les taux d'intérêt bas ne leur permettent pas de faire leur métier comme d'habitude. Comme quoi, dans le business, on ne choisit jamais son calendrier de bonnes résolutions: il s'impose souvent à vous !