La direction de la banque a longtemps cru ou fait croire qu'elle pouvait s'en sortir via une énième augmentation de capital ou convaincre un fonds souverain (Qatar) de la renflouer. Mais la Banque centrale européenne (BCE) a sifflé la fin de ce feuilleton dont l'issue actuelle ne faisait plus aucun doute. La raison ? La BCE n'a pas voulu prendre le risque d'une crise bancaire italienne avec un risque de contagion européen à la clé. Il faut dire que Banca Monte dei Paschi di Siena avait déjà perdu 87 % de sa capitalisation boursière en un an, au point de ne capitaliser ...