Cette aide a été adoptée par 196 députés, de divers partis, sur 257 présents. Il s'agit d'une aide financière forfaitaire pour le mois de décembre pour les retraites inférieures à 850 euros, dont le coût est évalué à 617 millions d'euros.

L'autre volet de l'aide, qui devrait être voté prochainement, porte sur un report de la hausse de la TVA sur les îles de l'Egée où s'entassent des milliers de réfugiés. Ces deux mesures du Premier ministre grec, annoncées il y a une semaine, ont suscité une nouvelle tension entre Athènes et ses créanciers et révélé les tiraillements croissants au sein de la zone euro, notamment entre ses poids lourds, l'Allemagne et la France.

En raison même de ces mesures, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a annoncé mercredi la suspension, à la demande de l'Allemagne, du léger toilettage de la dette qui avait été accordé à Athènes en échange de réformes.

Ces mesures "ne devraient pas changer de façon significative les objectifs budgétaires (d'Athènes) en 2017 et 2018", ont toutefois estimé jeudi les porte-parole des trois institutions représentant les créanciers européens, la Banque centrale européenne (BCE), le Mécanisme européen de Stabilité (MES) et la Commission européenne.