L'opération est en effet soumise à l'approbation du gendarme bancaire européen. La BCE a étudié le dossier et y a vu des obstacles fondamentaux, selon Trends. Elle a donné à Crelan jusqu'à la fin de cette année pour répondre à ses objections.

Selon la Banque centrale européenne, Crelan ne dispose pas de la capacité financière suffisante pour l'acquisition. Le régulateur s'interroge en outre aussi sur l'intégration informatique qui doit avoir lieu. Enfin, un certain nombre de directeurs de Crelan ne seraient pas non plus adéquats.

L'opération est en effet soumise à l'approbation du gendarme bancaire européen. La BCE a étudié le dossier et y a vu des obstacles fondamentaux, selon Trends. Elle a donné à Crelan jusqu'à la fin de cette année pour répondre à ses objections. Selon la Banque centrale européenne, Crelan ne dispose pas de la capacité financière suffisante pour l'acquisition. Le régulateur s'interroge en outre aussi sur l'intégration informatique qui doit avoir lieu. Enfin, un certain nombre de directeurs de Crelan ne seraient pas non plus adéquats.