"Le système financier mondial est toujours dans une période d'incertitude considérable et reste le talon d'Achille de la reprise économique, écrit le FMI dans son rapport sur "la stabilité financière dans le monde". Le Fonds a estimé que ce secteur était aujourd'hui en meilleure santé que lors du dernier rapport en avril, et que, selon ses prévisions, il devrait continuer à guérir lentement.

Il a abaissé son estimation des pertes qu'auront dû absorber, entre l'été 2007 et la fin de 2010, les banques et autres institutions financières américaines, européennes et asiatiques, en raison de la baisse de la valeur de leurs actifs financiers. Ce coût de la crise est évalué désormais à 2.200 milliards de dollars, contre 2.300 milliards il y a six mois et 2.800 milliards il y a un an.

Le risque existe toujours, cependant, de voir les périls refaire surface. "Comme on l'a constaté à plusieurs occasions ces trois dernières années, la conjoncture que traverse le système financier mondial a maintenant le potentiel de passer très rapidement de propice à un mode de crise, a souligné le FMI. La situation restant fragile, une partie du soutien public qui a été accordé aux banques ces dernières années devra être maintenue."

Trends.be, avec Belga

"Le système financier mondial est toujours dans une période d'incertitude considérable et reste le talon d'Achille de la reprise économique, écrit le FMI dans son rapport sur "la stabilité financière dans le monde". Le Fonds a estimé que ce secteur était aujourd'hui en meilleure santé que lors du dernier rapport en avril, et que, selon ses prévisions, il devrait continuer à guérir lentement.Il a abaissé son estimation des pertes qu'auront dû absorber, entre l'été 2007 et la fin de 2010, les banques et autres institutions financières américaines, européennes et asiatiques, en raison de la baisse de la valeur de leurs actifs financiers. Ce coût de la crise est évalué désormais à 2.200 milliards de dollars, contre 2.300 milliards il y a six mois et 2.800 milliards il y a un an.Le risque existe toujours, cependant, de voir les périls refaire surface. "Comme on l'a constaté à plusieurs occasions ces trois dernières années, la conjoncture que traverse le système financier mondial a maintenant le potentiel de passer très rapidement de propice à un mode de crise, a souligné le FMI. La situation restant fragile, une partie du soutien public qui a été accordé aux banques ces dernières années devra être maintenue."Trends.be, avec Belga