Dernière campagne de pub de la Deutsche Bank : " 818.051.400 euros de frais d'entrée excessifs : cessez de faire don de votre argent aux banques. " Un slogan choc qui s'affiche dans nos rues depuis plusieurs semaines. Selon la banque, les Belges ont en effet perdu plus de 800 millions d'euros en plaçant leurs économies dans des fonds de placement l'an dernier. En cause : les frais d'entrée réclamés par les banques sur les montants investis lors de l'achat d'un fonds.
...

Dernière campagne de pub de la Deutsche Bank : " 818.051.400 euros de frais d'entrée excessifs : cessez de faire don de votre argent aux banques. " Un slogan choc qui s'affiche dans nos rues depuis plusieurs semaines. Selon la banque, les Belges ont en effet perdu plus de 800 millions d'euros en plaçant leurs économies dans des fonds de placement l'an dernier. En cause : les frais d'entrée réclamés par les banques sur les montants investis lors de l'achat d'un fonds. Tandis qu'elle se targue de ne prélever aucuns frais d'entrée sur la plupart des 1.600 fonds qu'elle propose, la Deutsche Bank fait remarquer que ces mêmes frais peuvent atteindre dans certaines banques jusqu'à 3 % (soit 300 euros sur une somme de 10.000 euros). Bref, " les 818 millions représentent l'économie que les épargnants belges auraient fait s'ils avaient investi dans des fonds chez Deutsche Bank ", avance son responsable du marketing Jean-Michel Segers. Pour parvenir à ce montant de 818 millions d'euros, la banque se base sur les statistiques officielles de la BEAMA (la Belgian Asset Managers Association, l'association qui regroupe les professionnels de la gestion d'actifs en Belgique). Selon ces statistiques, les Belges ont investi une petite cinquantaine de milliards d'euros dans des fonds de placement l'an dernier (hors sicav monétaires, etc.). La Deutsche Bank estime ensuite que la moyenne globale des frais d'entrée payés par les Belges en 2016 s'élève à 1,7 %. En appliquant ce pourcentage (qui équivaut donc à la différence entre la moyenne des frais d'entrée prélevés par les institutions financières sur le marché belge et la moyenne des frais d'entrée payés par les clients de la Deutsche Bank), cela fait donc 818 millions d'euros en " frais d'entrée excessifs ". Pour ce qui est de la forme, la petite filiale belge de la grande banque allemande fait depuis longtemps preuve d'originalité dans sa communication pour séduire l'épargnant. Cette fois-ci donc, elle met l'accent sur un chiffre à rallonge. Par ailleurs, son message cadre aussi avec la faiblesse persistante des taux d'intérêt. Jouer sur le taux du compte d'épargne pour se démarquer de la concurrence est devenu nettement plus compliqué et beaucoup moins rentable pour toutes les banques, y compris pour les outsiders de l'épargne comme Deutsche Bank. D'où l'idée de jouer la carte des fonds de placement, alternative appréciable pour les épargnants à la recherche d'un meilleur rendement mais aussi plus rémunératrice pour les banques elles-mêmes. D'où l'objectif aussi de la Deutsche Bank, qui totalise chez nous 5,8 milliards d'euros d'avoirs sous gestion dans ses fonds, de se présenter comme le champion " du conseil en investissement avec une large gamme de fonds de qualité et des droits d'entrée les plus justes possibles ", conclut le responsable du marketing de l'enseigne bancaire en Belgique.