La Chine et les États-Unis sont responsables de 60% de cette nouvelle croissance de la dette mondiale.

L'IIF avertit que la dette mondiale croît plus vite que l'économie globale. Les faibles taux d'intérêt rendent les prêts plus tentants. Dans les pays industrialisés, ce sont les gouvernements qui sont les principaux responsables de cette augmentation, alors qu'il s'agit plutôt des entreprises dans le tiers-monde. Dans de nombreux cas, il s'agit d'entreprises étatiques.

Le rapport de l'IIF souligne également la vulnérabilité de pays tels que la Turquie, le Mexique ou le Chili, qui ont accumulé beaucoup de dettes en devises.