Le bon d'Etat à 5 ans, assorti d'un taux d'1,35%, a permis au Trésor de lever 8,1 millions d'euros parmi les particuliers. Le bon d'Etat à 8 ans, assorti d'un taux de 2,15%, a quant à lui permis de récolter un montant de 15,7 millions d'Etat.

Avec 23,8 millions d'euros, cette avant-dernière émission de bons d'Etat de l'année affiche le montant de souscription le plus élevé depuis l'émission de juin 2012 (46 millions d'euros). On reste toutefois très loin des 5,7 milliards d'euros qui avaient été souscrits en décembre 2011 lors de l'émission dite "Leterme". Le Premier ministre de l'époque avait encouragé les particuliers, en pleine crise politique, à souscrire aux bons d'Etat qui affichaient alors des taux nettement plus attractifs. Pénalisé par des taux planchers, l'émission de juin dernier a enregistré le plus petit montant jamais récolté: à peine plus de 9,3 millions d'euros.

La période de souscription était ouverte du 26 août au 3 septembre.

Le bon d'Etat à 5 ans, assorti d'un taux d'1,35%, a permis au Trésor de lever 8,1 millions d'euros parmi les particuliers. Le bon d'Etat à 8 ans, assorti d'un taux de 2,15%, a quant à lui permis de récolter un montant de 15,7 millions d'Etat. Avec 23,8 millions d'euros, cette avant-dernière émission de bons d'Etat de l'année affiche le montant de souscription le plus élevé depuis l'émission de juin 2012 (46 millions d'euros). On reste toutefois très loin des 5,7 milliards d'euros qui avaient été souscrits en décembre 2011 lors de l'émission dite "Leterme". Le Premier ministre de l'époque avait encouragé les particuliers, en pleine crise politique, à souscrire aux bons d'Etat qui affichaient alors des taux nettement plus attractifs. Pénalisé par des taux planchers, l'émission de juin dernier a enregistré le plus petit montant jamais récolté: à peine plus de 9,3 millions d'euros. La période de souscription était ouverte du 26 août au 3 septembre.