Les résultats des deux premiers trimestres sont conformes à ceux de la zone euro dans son ensemble, où l'activité a reculé de, respectivement, 3,7% et 11,8%, précise la BNB.

Toutefois, la croissance du PIB en Belgique devrait rebondir au troisième trimestre de 2020 principalement parce que les mesures de confinement sont beaucoup moins strictes que durant la première moitié du deuxième trimestre, même si elles continuent de peser sur l'activité économique, selon la Banque nationale.

La consommation privée se redresserait au troisième trimestre dans la mesure où elle n'est plus entravée par la fermeture des commerces physiques (non alimentaires) et où elle devrait être encore soutenue par une demande qui n'a pu être satisfaite jusqu'ici.

Le niveau très faible de la confiance des consommateurs pourrait toutefois conduire à davantage d'épargne de précaution, ce qui pèserait sur la croissance de la consommation à l'avenir.

La consommation publique devrait, elle aussi, rebondir au troisième trimestre: les dépenses de santé reviendraient en effet à des niveaux normaux, après avoir sensiblement diminué au deuxième trimestre à la suite du report de nombreuses opérations et consultations qui n'étaient pas liées à l'épidémie de Covid-19.

Les investissements des entreprises ne devraient se redresser que partiellement au troisième trimestre, étant donné que les entreprises vont probablement continuer de réduire leurs plans d'investissements initiaux dans un contexte de très grande incertitude.

D'autre part, les investissements en logements devraient être portés au troisième trimestre par l'augmentation attendue de la construction de nouveaux logements et des rénovations ainsi que la hausse récente des transactions immobilières et des frais d'enregistrement et de notaire.

Enfin, les investissements publics devraient eux aussi rebondir au troisième trimestre puisque certains plans d'investissements publics qui avaient été temporairement gelés en avril et en mai ont à présent repris.

La contribution des exportations nettes à la croissance du PIB devrait être globalement neutre au troisième trimestre. Alors que les exportations de biens et de services ne devraient se redresser que partiellement au troisième trimestre, le rétablissement de la demande extérieure étant relativement limité, les importations de biens et de services devraient reprendre légèrement plus vite, soutenues par la hausse de la demande intérieure.

Au total, la BNB estime que l'économie belge devrait rebondir de 8% au troisième trimestre. Ceci correspond à la moyenne des deux prévisions immédiates et impliquerait une légère révision à la hausse du niveau du PIB au troisième trimestre par rapport aux projections de juin, ce qui pourrait se justifier par l'effet positif engendré par le fait que de nombreux Belges sont restés en Belgique lors de l'été.

Les résultats des deux premiers trimestres sont conformes à ceux de la zone euro dans son ensemble, où l'activité a reculé de, respectivement, 3,7% et 11,8%, précise la BNB. Toutefois, la croissance du PIB en Belgique devrait rebondir au troisième trimestre de 2020 principalement parce que les mesures de confinement sont beaucoup moins strictes que durant la première moitié du deuxième trimestre, même si elles continuent de peser sur l'activité économique, selon la Banque nationale. La consommation privée se redresserait au troisième trimestre dans la mesure où elle n'est plus entravée par la fermeture des commerces physiques (non alimentaires) et où elle devrait être encore soutenue par une demande qui n'a pu être satisfaite jusqu'ici. Le niveau très faible de la confiance des consommateurs pourrait toutefois conduire à davantage d'épargne de précaution, ce qui pèserait sur la croissance de la consommation à l'avenir. La consommation publique devrait, elle aussi, rebondir au troisième trimestre: les dépenses de santé reviendraient en effet à des niveaux normaux, après avoir sensiblement diminué au deuxième trimestre à la suite du report de nombreuses opérations et consultations qui n'étaient pas liées à l'épidémie de Covid-19. Les investissements des entreprises ne devraient se redresser que partiellement au troisième trimestre, étant donné que les entreprises vont probablement continuer de réduire leurs plans d'investissements initiaux dans un contexte de très grande incertitude. D'autre part, les investissements en logements devraient être portés au troisième trimestre par l'augmentation attendue de la construction de nouveaux logements et des rénovations ainsi que la hausse récente des transactions immobilières et des frais d'enregistrement et de notaire. Enfin, les investissements publics devraient eux aussi rebondir au troisième trimestre puisque certains plans d'investissements publics qui avaient été temporairement gelés en avril et en mai ont à présent repris. La contribution des exportations nettes à la croissance du PIB devrait être globalement neutre au troisième trimestre. Alors que les exportations de biens et de services ne devraient se redresser que partiellement au troisième trimestre, le rétablissement de la demande extérieure étant relativement limité, les importations de biens et de services devraient reprendre légèrement plus vite, soutenues par la hausse de la demande intérieure. Au total, la BNB estime que l'économie belge devrait rebondir de 8% au troisième trimestre. Ceci correspond à la moyenne des deux prévisions immédiates et impliquerait une légère révision à la hausse du niveau du PIB au troisième trimestre par rapport aux projections de juin, ce qui pourrait se justifier par l'effet positif engendré par le fait que de nombreux Belges sont restés en Belgique lors de l'été.