Fin juin 2009, on comptait 172,5 milliards d'euros sur les carnets d'épargne belges. Le taux d'inflation de juin 2010, qui reflète les augmentations de prix des douze mois précédents, était pour la première fois, depuis le début de la crise du crédit, plus élevé que la compensation moyenne que les épargnants avaient engrangée durant cette période.

Au cours des deux années suivantes, les Belges ont encore placé 45,9 milliards d'euros sur leurs comptes d'épargne. La différence entre les intérêts sur le carnet d'épargne et les hausses de prix était de plus en plus grande, mois après mois.

"Les banques belges ont reversé environ 8,9 milliards d'intérêts à leurs clients épargnants. Les Belges souffrent d'un manque à gagner de 3,1 milliards d'euros pour pouvoir acheter la même chose qu'en juin 2009 avec leur épargne", explique le Tijd.

Trends.be avec Belga

Fin juin 2009, on comptait 172,5 milliards d'euros sur les carnets d'épargne belges. Le taux d'inflation de juin 2010, qui reflète les augmentations de prix des douze mois précédents, était pour la première fois, depuis le début de la crise du crédit, plus élevé que la compensation moyenne que les épargnants avaient engrangée durant cette période. Au cours des deux années suivantes, les Belges ont encore placé 45,9 milliards d'euros sur leurs comptes d'épargne. La différence entre les intérêts sur le carnet d'épargne et les hausses de prix était de plus en plus grande, mois après mois. "Les banques belges ont reversé environ 8,9 milliards d'intérêts à leurs clients épargnants. Les Belges souffrent d'un manque à gagner de 3,1 milliards d'euros pour pouvoir acheter la même chose qu'en juin 2009 avec leur épargne", explique le Tijd. Trends.be avec Belga