La décision devra encore être approuvée lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée pour le 23 décembre, mais il s'agirait d'une simple formalité, selon le quotidien. Le dividende exceptionnel s'élèvera à 4,15 euros brut par action.

L'opération, préparée depuis l'été, a déjà été approuvée par les autorités de contrôle BNB et Banque Centrale Européenne.

La distribution de ce dividende, exceptionnel par son montant, risque de mal passer auprès des syndicats, qui ont déjà vertement critiqué la politique dividendaire de la banque belge et qui viennent de prendre la mesure sociale du nouveau plan Vision 2020 (1.050 postes en trois ans).

Entre 2010 et 2013, alors que la Belgique détenait encore un quart de BNP Paribas Fortis, la banque a versé des dividendes de 200 à 400 millions d'euros. En 2013, il s'agissait de 387 millions, soit 60% des bénéfices. En 2014, 1,25 milliard d'euros sont remontés vers Paris pour un bénéfice de 1,34 milliard.

La décision devra encore être approuvée lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée pour le 23 décembre, mais il s'agirait d'une simple formalité, selon le quotidien. Le dividende exceptionnel s'élèvera à 4,15 euros brut par action. L'opération, préparée depuis l'été, a déjà été approuvée par les autorités de contrôle BNB et Banque Centrale Européenne. La distribution de ce dividende, exceptionnel par son montant, risque de mal passer auprès des syndicats, qui ont déjà vertement critiqué la politique dividendaire de la banque belge et qui viennent de prendre la mesure sociale du nouveau plan Vision 2020 (1.050 postes en trois ans). Entre 2010 et 2013, alors que la Belgique détenait encore un quart de BNP Paribas Fortis, la banque a versé des dividendes de 200 à 400 millions d'euros. En 2013, il s'agissait de 387 millions, soit 60% des bénéfices. En 2014, 1,25 milliard d'euros sont remontés vers Paris pour un bénéfice de 1,34 milliard.