C'est ce qu'indiquent samedi les quotidiens De Tijd et L'Echo qui ont pu lire ce rapport. L'auditeur indique que l'enquête a dévoilé "qu'il existait des indications de manipulation de cours dans la communication de Fortis". L'auditeur estime que si ces informations avaient été rendues publiques, elles auraient pu influencer le cours de l'action.

Selon le rapport, Fortis, son ancien CEO Jean-Paul Votron, l'ancien directeur financier Gilbert Mittler et Herman Verwilst, ex-adjoint de Votron, ont "gravement lésé la transparence et le bon fonctionnement des marchés financiers". Jean-Paul Votron est particulièrement blâmé. "Les manquements commis par celui-ci sont hautement répréhensibles."

Le rapport mentionne des circonstances atténuantes pour Herman Verwilst et Maurice Lippens, l'ancien président du CA, n'est lui pas épinglé.

L'auditeur propose d'infliger à Fortis et à Votron une amende de 500.000 euros chacun, ainsi qu'une amende de 400.000 euros pour Mittler et de 250.000 euros pour Verwilst. La Commission des sanctions décidera de la suite à donner au dossier. Et il y aura possibilité de faire appel de cette décision.

Avec Belga

C'est ce qu'indiquent samedi les quotidiens De Tijd et L'Echo qui ont pu lire ce rapport. L'auditeur indique que l'enquête a dévoilé "qu'il existait des indications de manipulation de cours dans la communication de Fortis". L'auditeur estime que si ces informations avaient été rendues publiques, elles auraient pu influencer le cours de l'action. Selon le rapport, Fortis, son ancien CEO Jean-Paul Votron, l'ancien directeur financier Gilbert Mittler et Herman Verwilst, ex-adjoint de Votron, ont "gravement lésé la transparence et le bon fonctionnement des marchés financiers". Jean-Paul Votron est particulièrement blâmé. "Les manquements commis par celui-ci sont hautement répréhensibles." Le rapport mentionne des circonstances atténuantes pour Herman Verwilst et Maurice Lippens, l'ancien président du CA, n'est lui pas épinglé. L'auditeur propose d'infliger à Fortis et à Votron une amende de 500.000 euros chacun, ainsi qu'une amende de 400.000 euros pour Mittler et de 250.000 euros pour Verwilst. La Commission des sanctions décidera de la suite à donner au dossier. Et il y aura possibilité de faire appel de cette décision. Avec Belga