Le gouvernement hongrois espère tirer au moins 700 millions de dollars (plus de 620 millions d'euros) de cette vente, soit le montant versé en 2015 à GE Capital, la bras financier du groupe américain General Electric.

KBC, qui connaît bien les marchés d'Europe de l'Est, s'est déjà dite intéressée, et "nous avons maintenant confirmé cet intérêt au gouvernement hongrois", a indiqué le CEO du bancassureur belge, Johan Thijs, lors de la conférence de presse sur les résultats annuels de KBC. KBC dispose d'un bas de laine d'1,9 milliard d'euros pour d'éventuelles acquisitions.

"Nous examinons les dossiers dans les pays où nous sommes actifs, tant en matière bancaire que d'assurances", précise Johan Thijs. Budapest Bank est l'un de ces dossiers. Selon le CEO, KBC ne scrute toutefois les opportunités que sur ses marchés-clefs, que sont la Belgique, l'Irlande, la République tchèque, la Hongrie, la Bulgarie et la Slovaquie.