Selon le responsable du département "banque d'affaires", le groupe veut être prêt en vue de la conclusion des négociations de sortie de l'UE du Royaume-Uni. A l'issue de celle-ci, JPMorgan examinera également les conséquences à long terme du Brexit.

Avant le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le CEO de JPMorgan, Jamie Dimon, avait mis en garde contre un possible déménagement de jusqu'à 4.000 employés de son groupe si les Britanniques devaient se prononcer en faveur du Brexit.

Selon le responsable du département "banque d'affaires", le groupe veut être prêt en vue de la conclusion des négociations de sortie de l'UE du Royaume-Uni. A l'issue de celle-ci, JPMorgan examinera également les conséquences à long terme du Brexit. Avant le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le CEO de JPMorgan, Jamie Dimon, avait mis en garde contre un possible déménagement de jusqu'à 4.000 employés de son groupe si les Britanniques devaient se prononcer en faveur du Brexit.