Economiste et professeur américain ayant remporté le prix Nobel en 2001, M. Stiglitz a démissionné du comité, tout comme Mark Pieth, de l'Institut de Bâle sur la gouvernance, en raison de "divergences internes", sur lesquelles le gouvernement panaméen "ne va pas intervenir", selon le communiqué.

Regrettant le départ des deux experts, le gouvernement a salué "le travail et les recommandations effectuées" et réitéré "son engagement ferme et réel pour la transparence et la coopération internationale". Il n'a pas précisé si les deux hommes seraient remplacés.

Les autorités panaméennes avaient créé le 29 avril le Comité indépendant d'experts pour le centre de services financiers et d'entreprises du Panama, composé de sept experts.

Il s'agissait d'une réponse aux vives critiques liées au scandale dit des "Panama Papers": quelque 11,5 millions de documents du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, dévoilés en avril par une centaine de médias dans le monde entier, ont mis au jour un vaste système d'évasion fiscale impliquant de hauts responsables politiques, des sportifs et des milliardaires.

Economiste et professeur américain ayant remporté le prix Nobel en 2001, M. Stiglitz a démissionné du comité, tout comme Mark Pieth, de l'Institut de Bâle sur la gouvernance, en raison de "divergences internes", sur lesquelles le gouvernement panaméen "ne va pas intervenir", selon le communiqué. Regrettant le départ des deux experts, le gouvernement a salué "le travail et les recommandations effectuées" et réitéré "son engagement ferme et réel pour la transparence et la coopération internationale". Il n'a pas précisé si les deux hommes seraient remplacés. Les autorités panaméennes avaient créé le 29 avril le Comité indépendant d'experts pour le centre de services financiers et d'entreprises du Panama, composé de sept experts. Il s'agissait d'une réponse aux vives critiques liées au scandale dit des "Panama Papers": quelque 11,5 millions de documents du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, dévoilés en avril par une centaine de médias dans le monde entier, ont mis au jour un vaste système d'évasion fiscale impliquant de hauts responsables politiques, des sportifs et des milliardaires.