Jeroen Piqueur contestait la garantie de 20 millions d'euros qu'il avait contractée à partir de son propre patrimoine et dont avait bénéficié Optima en 2014. Selon lui, cette garantie devait servir dans le cadre du démantèlement de la banque et il ne devait dès lors pas respecter son engagement car la faillite avait été provoquée par la Banque nationale de Belgique (BNB).

Un enregistrement vidéo réalisé par la BNB en 2014 dans lequel Piqueur accepte la garantie de 20 millions d'euros montrerait, selon lui, que l'argent ne serait pas applicable en cas de faillite.

Benedicte Schumacher, l'épouse de Jeroen Piqueur, avait demandé l'annulation de l'engagement de garantie car les les 20 millions d'euros auraient appartenu à son mari et à elle. En première instance, cette requête avait été rejetée car il s'agissait d'un engagement unilatéral qui ne mettait pas en péril les intérêts de la famille.

Jeroen Piqueur avait été condamné en mars 2018 en première instance au paiement de ces 20 millions, et avait interjeté appel. La cour a confirmé le jugement mais les motifs du jugement ne sont pas encore connus.