"Nous avons réalisé des profits solides au premier trimestre, tout en offrant une expérience différenciée à nos clients et en innovant pour demeurer pertinent pour eux à l'avenir", se félicite Ralf Hamers, le CEO du groupe financier.

Les prêts accordés par le groupe ont bondi de 12,3 milliards d'euros, tandis que les dépôts de ses clients ont augmenté de 2,4 milliards d'euros.

ING se targue de poursuivre sa transformation dans le cadre de sa stratégie "Think Forward", notamment en Belgique où les clients bénéficient d'un nouveau service de ventes.

Le groupe financier avait fait l'objet d'une polémique aux Pays-Bas à la suite de l'annonce du doublement du salaire de son patron. Sous la pression publique et politique, la banque avait finalement renoncé à procéder à cette hausse des émoluments de M. Hamers.

ING avait annoncé en octobre qu'environ 7.000 emplois seraient menacés dans les cinq prochaines années, principalement en Belgique et aux Pays-Bas, en raison d'un programme de réduction des coûts annuels d'environ 900 millions d'euros et en conséquence de la digitalisation des banques.

ING, qui emploie 51.000 personnes dans plus de quarante pays, confirme sa volonté de devenir "une plateforme bancaire digitale" et met l'accent sur l'innovation.