Les prix à la consommation ont augmenté de 2,3% en août par rapport à juillet et de 17,9% en rythme annuel, d'après les données publiées par l'Office national des statistiques (Tüik).

Les secteurs les plus affectés par la hausse des prix sur un an sont les transports, avec +27,13%, l'alimentation (+19,75%) et le logement (+16,30%).

La livre turque, déjà fortement affaiblie ces derniers mois, a réagi en perdant près de 2% de sa valeur face au dollar lundi par rapport à vendredi soir.

Un billet vert s'échangeait ainsi contre 6,60 livres turques lundi vers 07H30 GMT.

La devise turque a perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de l'année, une chute qui s'est accélérée en août sur fond de tensions entre Ankara et Washington et l'annonce de sanctions réciproques.

"Mesures nécessaires pour la stabilité des prix"

La banque centrale de Turquie (CBRT) a immédiatement réagi en assurant qu'elle prendrait "les mesures nécessaires pour soutenir la stabilité des prix".

"L'orientation monétaire sera ajustée lors de la réunion du comité de politique monétaire de septembre", affirme la CBRT dans un communiqué.

Les marchés appellent à une hausse des taux d'intérêt de la CBRT, dont la prochaine annonce à ce sujet est prévue le 13 septembre, afin de lutter contre l'inflation et une potentielle surchauffe de l'économie.

Mais le président Recep Tayyip Erdogan, partisan de la croissance à tout prix, s'y oppose fermement.

Les prix à la consommation ont augmenté de 2,3% en août par rapport à juillet et de 17,9% en rythme annuel, d'après les données publiées par l'Office national des statistiques (Tüik).Les secteurs les plus affectés par la hausse des prix sur un an sont les transports, avec +27,13%, l'alimentation (+19,75%) et le logement (+16,30%).La livre turque, déjà fortement affaiblie ces derniers mois, a réagi en perdant près de 2% de sa valeur face au dollar lundi par rapport à vendredi soir.Un billet vert s'échangeait ainsi contre 6,60 livres turques lundi vers 07H30 GMT.La devise turque a perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de l'année, une chute qui s'est accélérée en août sur fond de tensions entre Ankara et Washington et l'annonce de sanctions réciproques.La banque centrale de Turquie (CBRT) a immédiatement réagi en assurant qu'elle prendrait "les mesures nécessaires pour soutenir la stabilité des prix". "L'orientation monétaire sera ajustée lors de la réunion du comité de politique monétaire de septembre", affirme la CBRT dans un communiqué.Les marchés appellent à une hausse des taux d'intérêt de la CBRT, dont la prochaine annonce à ce sujet est prévue le 13 septembre, afin de lutter contre l'inflation et une potentielle surchauffe de l'économie. Mais le président Recep Tayyip Erdogan, partisan de la croissance à tout prix, s'y oppose fermement.