La Financial Services Authority indique "qu'à la suite de premières investigations, la FSA a décidé d'ouvrir une enquête formelle sur Goldman Sachs International en relation avec les récentes affirmations de la SEC". La FSA "travaillera en relation étroite avec la SEC dans cette enquête", ajoute-t-elle dans un communiqué.

Lundi, la FSA avait seulement indiqué qu'elle "étudiait les circonstances" de ce qui était reproché outre-Atlantique à Goldman Sachs, pour voir si cette affaire pouvait concerner des parties de la banque américaine réglementées au Royaume-Uni.

Le Premier ministre Gordon Brown avait appelé en personne dimanche à l'ouverture immédiate d'une enquête de la FSA.

Il semblerait que les faits reprochés à Goldman Sachs, pour lesquels la banque dément toute intention frauduleuse, aient eu parmi leurs principales victimes la banque britannique Royal Bank of Scotland, à cause de son rachat de la Néerlandaise ABN Amro.

Cette dernière avait garanti le produit financier de Goldman Sachs incriminé dans cette affaire, dont le prix avait fortement chuté, faisant la fortune de ceux qui avaient parié contre lui sur les marchés.

ABN avait un engagement de 909 millions de dollars dans ce produit, selon les déclarations même de Goldman Sachs.

Trends.be avec Belga

La Financial Services Authority indique "qu'à la suite de premières investigations, la FSA a décidé d'ouvrir une enquête formelle sur Goldman Sachs International en relation avec les récentes affirmations de la SEC". La FSA "travaillera en relation étroite avec la SEC dans cette enquête", ajoute-t-elle dans un communiqué. Lundi, la FSA avait seulement indiqué qu'elle "étudiait les circonstances" de ce qui était reproché outre-Atlantique à Goldman Sachs, pour voir si cette affaire pouvait concerner des parties de la banque américaine réglementées au Royaume-Uni. Le Premier ministre Gordon Brown avait appelé en personne dimanche à l'ouverture immédiate d'une enquête de la FSA. Il semblerait que les faits reprochés à Goldman Sachs, pour lesquels la banque dément toute intention frauduleuse, aient eu parmi leurs principales victimes la banque britannique Royal Bank of Scotland, à cause de son rachat de la Néerlandaise ABN Amro. Cette dernière avait garanti le produit financier de Goldman Sachs incriminé dans cette affaire, dont le prix avait fortement chuté, faisant la fortune de ceux qui avaient parié contre lui sur les marchés. ABN avait un engagement de 909 millions de dollars dans ce produit, selon les déclarations même de Goldman Sachs. Trends.be avec Belga