Le bénéfice par action est ressorti à 3,70 dollars alors que les analystes tablaient en moyenne sur 2,82 dollars seulement. Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 30% à 8,6 milliards de dollars sur la période sous revue, tiré lui aussi par la banque d'investissement dont les recettes ont bondi de 29%. Comme JPMorgan Chase ou Citigroup, qui ont déjà publié leurs résultats du deuxième trimestre, Goldman Sachs a bénéficié d'un bon environnement de marché qui a dopé sa division de banque d'investissements.

Les recettes provenant des émissions d'actions et d'obligations se sont notamment envolées de respectivement 55% et 45%.Le courtage de dérivés, devises et matières premières a vu ses recettes progresser de 12% et le courtage d'actions pour clients institutionnels de 25%.

La division d'investissements et prêts affiche un bénéfice de 1,42 milliard de dollars grâce notamment à la vente en mai du solde de la part de Goldman dans la banque chinoise ICBC pour 1,1 milliard de dollars. Côté dépenses, les rémunérations du groupe ont bondi de 27% sur un an à 3,7 milliards de dollars mais les autres dépenses ont reculé de 1%.

Le bénéfice par action est ressorti à 3,70 dollars alors que les analystes tablaient en moyenne sur 2,82 dollars seulement. Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 30% à 8,6 milliards de dollars sur la période sous revue, tiré lui aussi par la banque d'investissement dont les recettes ont bondi de 29%. Comme JPMorgan Chase ou Citigroup, qui ont déjà publié leurs résultats du deuxième trimestre, Goldman Sachs a bénéficié d'un bon environnement de marché qui a dopé sa division de banque d'investissements. Les recettes provenant des émissions d'actions et d'obligations se sont notamment envolées de respectivement 55% et 45%.Le courtage de dérivés, devises et matières premières a vu ses recettes progresser de 12% et le courtage d'actions pour clients institutionnels de 25%. La division d'investissements et prêts affiche un bénéfice de 1,42 milliard de dollars grâce notamment à la vente en mai du solde de la part de Goldman dans la banque chinoise ICBC pour 1,1 milliard de dollars. Côté dépenses, les rémunérations du groupe ont bondi de 27% sur un an à 3,7 milliards de dollars mais les autres dépenses ont reculé de 1%.