"Dans ce montant, on différencie les suppléments d'impôts (redressement fiscal), et les sanctions, qui représentent environ un tiers de l'impôt éludé (suppléments d'impôts). Respectivement, on a donc 1,050 milliard d'euros de redressements fiscaux et 334 millions d'euros de sanctions", a expliqué Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances. Si la fraude fiscale est majoritairement l'apanage des personnes morales - la fraude à la TVA étant, par exemple, le plus souvent le fruit de sociétés éphémères - les personnes physiques participent également à ce constat, le total des montants leur étant réclamés pour fraude s'élevant à 29,7 millions d'euros.

"Dans ce montant, on différencie les suppléments d'impôts (redressement fiscal), et les sanctions, qui représentent environ un tiers de l'impôt éludé (suppléments d'impôts). Respectivement, on a donc 1,050 milliard d'euros de redressements fiscaux et 334 millions d'euros de sanctions", a expliqué Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances. Si la fraude fiscale est majoritairement l'apanage des personnes morales - la fraude à la TVA étant, par exemple, le plus souvent le fruit de sociétés éphémères - les personnes physiques participent également à ce constat, le total des montants leur étant réclamés pour fraude s'élevant à 29,7 millions d'euros.