La Chine ralentit déjà. Locomotive de la croissance mondiale, la Chine a déjà vu son moteur se gripper depuis plusieurs mois, poussant l'OCDE a abaisser début décembre ses prévisions de croissance dans le pays cette année et l'an prochain, à 8,1% et 5,1%, dans le sillage du FMI en octobre.

Davantage que les difficultés rencontrées dans son secteur immobilier qui représente environ un quart de son PIB, c'est en raison de l'impact de la pandémie sur l'économie et les actuelles difficultés d'approvisionnement que Pékin connaît ce coup de mou.

S'agissant de la pierre, "les événements récents ont mis en évidence les risques persistants sur le marché immobilier chinois, avec de potentiels effets importants entre secteurs et au-delà des frontières", s'est inquiété début décembre l'OCDE, remarquant "l'affaiblissement de l'investissement immobilier, un important moteur de croissance".

Il faut dire que certains chiffres liés à Evergrande et au secteur immobilier chinois donnent le vertige: l'ardoise de 260 milliards d'euros due par Evergrande, ses 200.000 employés, le défaut sur des emprunts totalisant 1,2 milliard de dollars officialisé jeudi par l'agence de notation Fitch...

Le risque de contagion est encore mesuré

Dans son rapport sur la stabilité financière publié en novembre, la Banque centrale américaine (Fed) s'est inquiétée du fait que les déboires d'Evergrande puissent poser des risques pour l'économie mondiale, déjà soumise au spectre du ralentissement après une forte reprise cette année, sur fond de reprise épidémique et d'inflation élevée.

Mais pour l'heure, l'économie mondiale semble épargnée par un effet de contagion et une crise d'envergure.

"Le ralentissement de l'immobilier en Chine sera important mais contenu, en raison du faible stock de logements invendus, de la possibilité d'assouplir les politiques publiques, de l'urbanisation et de la croissance significative des revenus", estime le cabinet Oxford Economics dans des prévisions économiques de novembre.

Le cabinet a toutefois établi deux scénarios de crise, l'un où la croissance mondiale se verrait amputée de 0,7% à l'horizon de fin d'année prochaine si les déboires immobiliers chinois devaient ressembler à ceux de la période 2014-2015 dans le pays, et l'autre où le PIB mondial chuterait de 1,6 point fin 2022 si ce trou d'air ressemblait à la crise immobilière américaine ou espagnole des années 2000.

Un certain nombre de mesures d'apaisement prises par les autorités chinoises

L'un des enjeux importants de la crise actuelle est l'engagement des autorités chinoises, et les récentes prises de positions ont apaisé les craintes d'incendie. Lundi la banque centrale a abaissé le taux de réserve obligatoire des banques, et le même jour le bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) a affirmé son soutien au secteur immobilier.

"La pression concernant un ralentissement chinois est très grande, il ne serait pas rationnel d'adopter des contraintes trop fortes de désendettement" sur les acteurs de l'immobilier, souligne Xiaodong Bao, gérant de portefeuille pour Edmont de Rothschild AM, en référence aux fortes contraintes réglementaires imposées par Pékin depuis l'an dernier pour assainir ce secteur.

Économiste spécialiste de l'Asie-Pacifique pour le cabinet Euler Hermes, Françoise Huang anticipe qu'"on risque de continuer à avoir des défauts mais leur impact devrait être contenu pour que le ralentissement économique chinois ne soit pas excessivement inquiétant pour le reste du monde".

Un certain nombre de mesures d'apaisement prises par les autorités chinoises depuis l'automne ont selon elle déjà eu un effet positif sur les prêts accordés par les banques et les ventes de logements réalisées, ainsi que sur les niveaux de taux d'intérêts, apportant "un coussin au choc économique" actuel.

Les marchés financiers mondiaux sont restés de leur côté relativement épargnés après l'annonce officielle du défaut de paiement d'Evergrande par Fitch, et ont été assez peu ébranlés depuis les débuts des déboires d'Evergrande, en dehors d'une volatilité accrue sur certains secteurs.

Les taux d'intérêt sur la dette chinoise jugée à risque ("high yield") ont toutefois connu un certain emballement ces dernières semaines et ont encore progressé jeudi.

La Chine ralentit déjà. Locomotive de la croissance mondiale, la Chine a déjà vu son moteur se gripper depuis plusieurs mois, poussant l'OCDE a abaisser début décembre ses prévisions de croissance dans le pays cette année et l'an prochain, à 8,1% et 5,1%, dans le sillage du FMI en octobre.Davantage que les difficultés rencontrées dans son secteur immobilier qui représente environ un quart de son PIB, c'est en raison de l'impact de la pandémie sur l'économie et les actuelles difficultés d'approvisionnement que Pékin connaît ce coup de mou.S'agissant de la pierre, "les événements récents ont mis en évidence les risques persistants sur le marché immobilier chinois, avec de potentiels effets importants entre secteurs et au-delà des frontières", s'est inquiété début décembre l'OCDE, remarquant "l'affaiblissement de l'investissement immobilier, un important moteur de croissance".Il faut dire que certains chiffres liés à Evergrande et au secteur immobilier chinois donnent le vertige: l'ardoise de 260 milliards d'euros due par Evergrande, ses 200.000 employés, le défaut sur des emprunts totalisant 1,2 milliard de dollars officialisé jeudi par l'agence de notation Fitch... Dans son rapport sur la stabilité financière publié en novembre, la Banque centrale américaine (Fed) s'est inquiétée du fait que les déboires d'Evergrande puissent poser des risques pour l'économie mondiale, déjà soumise au spectre du ralentissement après une forte reprise cette année, sur fond de reprise épidémique et d'inflation élevée.Mais pour l'heure, l'économie mondiale semble épargnée par un effet de contagion et une crise d'envergure. "Le ralentissement de l'immobilier en Chine sera important mais contenu, en raison du faible stock de logements invendus, de la possibilité d'assouplir les politiques publiques, de l'urbanisation et de la croissance significative des revenus", estime le cabinet Oxford Economics dans des prévisions économiques de novembre. Le cabinet a toutefois établi deux scénarios de crise, l'un où la croissance mondiale se verrait amputée de 0,7% à l'horizon de fin d'année prochaine si les déboires immobiliers chinois devaient ressembler à ceux de la période 2014-2015 dans le pays, et l'autre où le PIB mondial chuterait de 1,6 point fin 2022 si ce trou d'air ressemblait à la crise immobilière américaine ou espagnole des années 2000.L'un des enjeux importants de la crise actuelle est l'engagement des autorités chinoises, et les récentes prises de positions ont apaisé les craintes d'incendie. Lundi la banque centrale a abaissé le taux de réserve obligatoire des banques, et le même jour le bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) a affirmé son soutien au secteur immobilier."La pression concernant un ralentissement chinois est très grande, il ne serait pas rationnel d'adopter des contraintes trop fortes de désendettement" sur les acteurs de l'immobilier, souligne Xiaodong Bao, gérant de portefeuille pour Edmont de Rothschild AM, en référence aux fortes contraintes réglementaires imposées par Pékin depuis l'an dernier pour assainir ce secteur.Économiste spécialiste de l'Asie-Pacifique pour le cabinet Euler Hermes, Françoise Huang anticipe qu'"on risque de continuer à avoir des défauts mais leur impact devrait être contenu pour que le ralentissement économique chinois ne soit pas excessivement inquiétant pour le reste du monde".Un certain nombre de mesures d'apaisement prises par les autorités chinoises depuis l'automne ont selon elle déjà eu un effet positif sur les prêts accordés par les banques et les ventes de logements réalisées, ainsi que sur les niveaux de taux d'intérêts, apportant "un coussin au choc économique" actuel.Les marchés financiers mondiaux sont restés de leur côté relativement épargnés après l'annonce officielle du défaut de paiement d'Evergrande par Fitch, et ont été assez peu ébranlés depuis les débuts des déboires d'Evergrande, en dehors d'une volatilité accrue sur certains secteurs. Les taux d'intérêt sur la dette chinoise jugée à risque ("high yield") ont toutefois connu un certain emballement ces dernières semaines et ont encore progressé jeudi.