La liquidation du Holding, un des plus importants actionnaires de Dexia, se trouve actuellement à un stade avancé, mais il resterait encore un "trou" d'un milliard d'euros à combler, notamment par la banque publique Belfius. Le fédéral devrait ainsi prendre à sa charge 132 millions d'euros dans le cadre de cette opération.

En fonction de la date de la clôture de la liquidation, ce montant sera comptabilisé sur le budget de cette année ou de l'an prochain, qui est déjà serré.

Selon 'L'Echo' et 'De Tijd', qui cite une lettre que sa rédaction a pu consulter, le Premier ministre de l'époque, Yves Leterme (CD&V), et le ministre des Finances, Didier Reynders (MR), se sont engagés à couvrir une partie de la perte de Dexia lors de sa chute en 2012. "Mais le conseil des ministres n'a jamais approuvé cette décision", ont indiqué des sources gouvernementales.

L'actuel conseil ministériel restreint ("kern") devrait se pencher prochainement sur la question de l'impact que cet engagement remontant à 2012 pourrait avoir sur le budget, a indiqué une source gouvernementale à l'agence Belga.

La liquidation du Holding, un des plus importants actionnaires de Dexia, se trouve actuellement à un stade avancé, mais il resterait encore un "trou" d'un milliard d'euros à combler, notamment par la banque publique Belfius. Le fédéral devrait ainsi prendre à sa charge 132 millions d'euros dans le cadre de cette opération. En fonction de la date de la clôture de la liquidation, ce montant sera comptabilisé sur le budget de cette année ou de l'an prochain, qui est déjà serré. Selon 'L'Echo' et 'De Tijd', qui cite une lettre que sa rédaction a pu consulter, le Premier ministre de l'époque, Yves Leterme (CD&V), et le ministre des Finances, Didier Reynders (MR), se sont engagés à couvrir une partie de la perte de Dexia lors de sa chute en 2012. "Mais le conseil des ministres n'a jamais approuvé cette décision", ont indiqué des sources gouvernementales. L'actuel conseil ministériel restreint ("kern") devrait se pencher prochainement sur la question de l'impact que cet engagement remontant à 2012 pourrait avoir sur le budget, a indiqué une source gouvernementale à l'agence Belga.