Cet apport de fonds - dont le montant est "en étude et négociation"- doit permettre à la BIL d'afficher un ratio de fonds propres "durs" représentant 9% de ses engagements (au sens des nouvelles normes de Bâle III) au moment de sa cession à un fonds qatari et à l'Etat grand-ducal, a précisé Dexia vendredi soir dans un communiqué. Si cette condition n'est pas rencontrée, l'investisseur quatari (fonds Precision Capital) pourrait se retirer.

Cette recapitalisation de sa filiale luxembourgeoise est une mauvaise affaire pour Dexia qui est toujours en difficulté, estime également samedi De Tijd sur son site internet.

Trends.be avec Belga

Cet apport de fonds - dont le montant est "en étude et négociation"- doit permettre à la BIL d'afficher un ratio de fonds propres "durs" représentant 9% de ses engagements (au sens des nouvelles normes de Bâle III) au moment de sa cession à un fonds qatari et à l'Etat grand-ducal, a précisé Dexia vendredi soir dans un communiqué. Si cette condition n'est pas rencontrée, l'investisseur quatari (fonds Precision Capital) pourrait se retirer. Cette recapitalisation de sa filiale luxembourgeoise est une mauvaise affaire pour Dexia qui est toujours en difficulté, estime également samedi De Tijd sur son site internet.Trends.be avec Belga