Une partie de la perte (80 millions d'euros) incombe aux "éléments de volatilité comptable". 46 millions d'euros de déficit sont également dus aux éléments non récurrents. La perte nette récurrente est, elle, de 171 millions d'euros, impactée par "des taxes bancaires et contributions aux fonds de résolution et du provisionnement sur les expositions liées au Commonwealth de Porto Rico".

L'administrateur délégué Wouter Devriendt estime que l'évolution des éléments macroéconomiques a eu impact positif pour le groupe "permettant d'amplifier l'effet des actions engagées pour réduire la taille du bilan, désormais inférieur à 200 milliards d'euros, et pour renforcer le niveau de capital réglementaire".

Le total bilantaire atteignait 199,4 milliards d'euros fin juin, soit une baisse de 13,4 milliards d'euros en six mois.

Une partie de la perte (80 millions d'euros) incombe aux "éléments de volatilité comptable". 46 millions d'euros de déficit sont également dus aux éléments non récurrents. La perte nette récurrente est, elle, de 171 millions d'euros, impactée par "des taxes bancaires et contributions aux fonds de résolution et du provisionnement sur les expositions liées au Commonwealth de Porto Rico". L'administrateur délégué Wouter Devriendt estime que l'évolution des éléments macroéconomiques a eu impact positif pour le groupe "permettant d'amplifier l'effet des actions engagées pour réduire la taille du bilan, désormais inférieur à 200 milliards d'euros, et pour renforcer le niveau de capital réglementaire". Le total bilantaire atteignait 199,4 milliards d'euros fin juin, soit une baisse de 13,4 milliards d'euros en six mois.