C'est la SFPI, le bras financier de l'Etat, qui devrait entrer au capital du groupe. Une raison essentielle à cette prise de participation : maintenir un ancrage belge dans ce marché réglementé et défendre les sociétés du plat pays.

Un autre actionnaire belge, Euroclear, sera de la partie, aux côté de BNPP, Société Générale, la Caisse des dépôts et consignation française et Bpifrance, ABN Amro et ASR Nederland, les banques portugaises Banco Espirito Santo et BPI Vida e Pensoes. Ils devraient détenir ensemble 33% du groupe.

C'est la SFPI, le bras financier de l'Etat, qui devrait entrer au capital du groupe. Une raison essentielle à cette prise de participation : maintenir un ancrage belge dans ce marché réglementé et défendre les sociétés du plat pays. Un autre actionnaire belge, Euroclear, sera de la partie, aux côté de BNPP, Société Générale, la Caisse des dépôts et consignation française et Bpifrance, ABN Amro et ASR Nederland, les banques portugaises Banco Espirito Santo et BPI Vida e Pensoes. Ils devraient détenir ensemble 33% du groupe.