Si elle est née aux Etats-Unis, la crise financière de 2008 a largement déstabilisé le secteur bancaire européen. Selon les pays, de nombreux établissements avaient en effet joué avec des instruments financiers complexes, s'étaient imprudemment développés à l'international, dépendaient trop de financements extérieurs ou encore avaient multiplié les prêts immobilier...

Si elle est née aux Etats-Unis, la crise financière de 2008 a largement déstabilisé le secteur bancaire européen. Selon les pays, de nombreux établissements avaient en effet joué avec des instruments financiers complexes, s'étaient imprudemment développés à l'international, dépendaient trop de financements extérieurs ou encore avaient multiplié les prêts immobiliers aux promoteurs et aux ménages. Dans la panique, les gouvernements de la zone euro avaient d'emblée choisi un renflouement avec de l'argent public (le bail out), plutôt que de faire contribuer les actionnaires, les créanciers voire les déposants (le bail in). Une philosophie qui a depuis lors changé. A l'époque, une faillite bancaire était considérée comme l'événement à éviter absolument. Chaque capitale entendait aussi protéger "son" secteur financier. Ce sauvetage public a eu un coût. La question a parfois fait débat, notamment sur le plan technique, car les méthodologies varient. Dans une récente analyse, la Banque centrale européenne (BCE) a procédé à de nouveaux calculs. Un exercice d'autant plus intéressant que l'institution de Francfort supervise depuis novembre 2014 la surveillance des banques de la zone. Elle est donc aux premières loges.Son verdict ? "Le montant brut cumulé des mesures d'assistance au secteur financier entre 2008 et 2014 s'est élevé à 8 % du PIB de la zone euro". Soit 800 milliards d'euros (vu que le PIB de la zone était de 10.090 milliards en 2014). Dans ces mesures, on trouve pêle-mêle des rachats d'actifs, des injections en capital, des nationalisations, des crédits, des garanties, des transferts de produits toxiques vers des bad banks (publiques ou semi-publiques), etc.Alors, qui a payé quoi ? Quel a été le taux de recouvrement jusqu'à présent ? Quel a été l'impact sur les finances publiques ? Réponses, ci-dessous.