Les bons d'Etat sont actuellement boudés par les épargnants belges, eux qui les avaient adulés au lendemain de la crise des banques, écrit mardi L'Echo. Ainsi, la souscription qui s'est achevée la semaine dernière n'a permis à l'Etat que de lever des fonds pour un montant de 35,95 millions d'euros alors que, fin 2008, la somme de 483 millions d'euros avait été atteinte.

Parmi les raisons qui expliquent ce désamour, L'Echo évoque la concurrence d'autres produits financiers mais aussi le passage sous le seuil psychologique des 3 % du taux du bon à huit ans.

Cette évolution pourrait amener l'Agence de la dette, qui travaille pour le SPF Finances, à revoir la périodicité des émissions, explique encore le quotidien.

Trends.be, avec Belga

Les bons d'Etat sont actuellement boudés par les épargnants belges, eux qui les avaient adulés au lendemain de la crise des banques, écrit mardi L'Echo. Ainsi, la souscription qui s'est achevée la semaine dernière n'a permis à l'Etat que de lever des fonds pour un montant de 35,95 millions d'euros alors que, fin 2008, la somme de 483 millions d'euros avait été atteinte.Parmi les raisons qui expliquent ce désamour, L'Echo évoque la concurrence d'autres produits financiers mais aussi le passage sous le seuil psychologique des 3 % du taux du bon à huit ans.Cette évolution pourrait amener l'Agence de la dette, qui travaille pour le SPF Finances, à revoir la périodicité des émissions, explique encore le quotidien.Trends.be, avec Belga