Selon M. Raisière, le moment est venu pour l'actionnaire - l'Etat belge - de lancer des discussions l'an prochain ou en 2018 pour une entrée en bourse. Ce dernier s'oppose fermement à une vente éventuelle de Belfius à un acteur étranger. "Je pense que beaucoup de décideurs politiques reconnaissent l'importance d'un centre de décision local après l'épisode de la lourde restructuration chez ING Belgique. Belfius est un partenaire important pour le secteur public belge et devient de plus en plus incontournable pour le financement des entreprises. Ces éléments ne peuvent pas être oubliés", dit-il. Selon M. Raisière, un scénario à la "Belgacom" semble certainement faire partie des possibilités. "Nous sommes une des meilleures banques capitalisées d'Europe et cela représente une valeur. Nous avons résolu les problèmes du passé, le business model fonctionne et les résultats sont bons".

Selon M. Raisière, le moment est venu pour l'actionnaire - l'Etat belge - de lancer des discussions l'an prochain ou en 2018 pour une entrée en bourse. Ce dernier s'oppose fermement à une vente éventuelle de Belfius à un acteur étranger. "Je pense que beaucoup de décideurs politiques reconnaissent l'importance d'un centre de décision local après l'épisode de la lourde restructuration chez ING Belgique. Belfius est un partenaire important pour le secteur public belge et devient de plus en plus incontournable pour le financement des entreprises. Ces éléments ne peuvent pas être oubliés", dit-il. Selon M. Raisière, un scénario à la "Belgacom" semble certainement faire partie des possibilités. "Nous sommes une des meilleures banques capitalisées d'Europe et cela représente une valeur. Nous avons résolu les problèmes du passé, le business model fonctionne et les résultats sont bons".