Inenvisageables, puis symboliques, les taux négatifs deviennent de plus en plus concrets. Les investisseurs sont en première ligne puisque pas moins de 15.000 milliards de dollars d'obligations affichent un rendement négatif. Les épargnants arrivent en seconde ligne.
...