On le sait depuis le 30 juin : BNP Paribas (BNPP) va devoir payer 8,97 milliards de dollars d'amende pour avoir violé de 2002 à 2012 l'embargo que les Etats-Unis avaient imposé à l'encontre de Cuba, de l'Iran et du Soudan. La banque française a en outre été forcée de "plaider coupable", et ne pourra pas, pendant un an, compenser ses activités de financement des matières premières en dollars.

Des questions restent toutefois en suspens. Spécialement chez nous. La Belgique, grand actionnaire de BNPP, connaissait-elle l'ampleur du problème ? A-t-on caché des éléments cruciaux ? Notre pays restera-t-il actionnaire ? Des interrogations à quelques centaines de millions d'euros...

Le dossier dans le Trends/Tendances de cette semaine.

Qui était au courant ? Pourquoi le montant de l'amende a explosé ? La Belgique a-t-elle été trompée ? Pourquoi l'Etat belge n'a pas vendu ses actions en 2014 ? La Belgique va-t-elle rester actionnaire ?

On le sait depuis le 30 juin : BNP Paribas (BNPP) va devoir payer 8,97 milliards de dollars d'amende pour avoir violé de 2002 à 2012 l'embargo que les Etats-Unis avaient imposé à l'encontre de Cuba, de l'Iran et du Soudan. La banque française a en outre été forcée de "plaider coupable", et ne pourra pas, pendant un an, compenser ses activités de financement des matières premières en dollars. Des questions restent toutefois en suspens. Spécialement chez nous. La Belgique, grand actionnaire de BNPP, connaissait-elle l'ampleur du problème ? A-t-on caché des éléments cruciaux ? Notre pays restera-t-il actionnaire ? Des interrogations à quelques centaines de millions d'euros...