JP Morgan Securities a accepté de verser 153,6 millions d'euros à la Securities & Exchange Commission, le gendarme de la Bourse US, afin de mettre un terme à des poursuites à son encontre pour fraude, a annoncé la SEC.

La banque d'affaires américaine était accusée d'avoir trompé des personnes ayant investi dans un produit financier lié à l'immobilier américain (CDO), en ne leur précisant pas le rôle joué par un fonds d'investissement. Les investisseurs avaient essuyé des pertes dans la foulée des déboires connus par le marché immobilier américain en 2007.

La SEC a précisé que la majeure partie du montant payé par la banque reviendrait aux investisseurs lésés.

JP Morgan Securities n'a pas reconnu, dans le cadre de la transaction avec la SEC, avoir commis de faute. L'année dernière, Goldman Sachs, visé par des accusations similaires, avait accepté de payer 550 millions de dollars.

Trends.be, avec Belga

JP Morgan Securities a accepté de verser 153,6 millions d'euros à la Securities & Exchange Commission, le gendarme de la Bourse US, afin de mettre un terme à des poursuites à son encontre pour fraude, a annoncé la SEC.La banque d'affaires américaine était accusée d'avoir trompé des personnes ayant investi dans un produit financier lié à l'immobilier américain (CDO), en ne leur précisant pas le rôle joué par un fonds d'investissement. Les investisseurs avaient essuyé des pertes dans la foulée des déboires connus par le marché immobilier américain en 2007.La SEC a précisé que la majeure partie du montant payé par la banque reviendrait aux investisseurs lésés.JP Morgan Securities n'a pas reconnu, dans le cadre de la transaction avec la SEC, avoir commis de faute. L'année dernière, Goldman Sachs, visé par des accusations similaires, avait accepté de payer 550 millions de dollars.Trends.be, avec Belga