La banque néerlandaise ABN AMRO va supprimer jusqu'à 15% des emplois au cours des quatre prochaines années afin de réduire ses coûts.

La réduction des effectifs (jusqu'à 2.800 suppressions d'emploi) se fera surtout après 2022, a-t-elle annoncé lundi lors d'une communication sur sa stratégie pour les années à venir, qui vise à réduire les coûts de 700 millions d'euros d'ici 2024.

ABN AMRO pense pouvoir limiter le nombre de licenciements grâce aux départs naturels et à la reconversion des employés. À la fin de l'année dernière, la banque employait quelque 18.000 personnes, dont 14.800 aux Pays-Bas.

Comme bien d'autres banques en Europe, ABN Amro examine de près les coûts liés à l'immobilier, étant donné que la tendance au télétravail est désormais considérée comme irréversible.

La banque affirme qu'elle a l'intention de réaménager ses deux principaux sites d'Amsterdam en des lieux conçus pour faciliter la tendance au travail à distance. Les nouveaux bureaux accueilleront quelque 10.880 employés et seront "un lieu de partage d'idées, de rencontre entre collègues et de réflexion sur de nouveaux services". Parallèlement, la banque vendra également le bâtiment de son siège social pour en louer une partie.

Quant à sa transformation numérique, ABN Amro affirme qu'environ 90% des processus "high volume" seront numérisés de bout en bout d'ici 2024.

"Nous allons continuer à rationaliser le portefeuille de produits d'environ 60 % d'ici 2024", déclare la banque. "Au fur et à mesure que les clients passeront au numérique, nous continuerons à réduire le nombre d'agences. Nos conseillers financiers continueront à être à la disposition des clients qui ont besoin d'un soutien pour s'assurer qu'ils conservent leur accès aux services bancaires".

La banque néerlandaise ABN AMRO va supprimer jusqu'à 15% des emplois au cours des quatre prochaines années afin de réduire ses coûts. La réduction des effectifs (jusqu'à 2.800 suppressions d'emploi) se fera surtout après 2022, a-t-elle annoncé lundi lors d'une communication sur sa stratégie pour les années à venir, qui vise à réduire les coûts de 700 millions d'euros d'ici 2024.ABN AMRO pense pouvoir limiter le nombre de licenciements grâce aux départs naturels et à la reconversion des employés. À la fin de l'année dernière, la banque employait quelque 18.000 personnes, dont 14.800 aux Pays-Bas.Comme bien d'autres banques en Europe, ABN Amro examine de près les coûts liés à l'immobilier, étant donné que la tendance au télétravail est désormais considérée comme irréversible.La banque affirme qu'elle a l'intention de réaménager ses deux principaux sites d'Amsterdam en des lieux conçus pour faciliter la tendance au travail à distance. Les nouveaux bureaux accueilleront quelque 10.880 employés et seront "un lieu de partage d'idées, de rencontre entre collègues et de réflexion sur de nouveaux services". Parallèlement, la banque vendra également le bâtiment de son siège social pour en louer une partie.Quant à sa transformation numérique, ABN Amro affirme qu'environ 90% des processus "high volume" seront numérisés de bout en bout d'ici 2024."Nous allons continuer à rationaliser le portefeuille de produits d'environ 60 % d'ici 2024", déclare la banque. "Au fur et à mesure que les clients passeront au numérique, nous continuerons à réduire le nombre d'agences. Nos conseillers financiers continueront à être à la disposition des clients qui ont besoin d'un soutien pour s'assurer qu'ils conservent leur accès aux services bancaires".